Stade Toulousain : Pourquoi croire à un regain de forme ?

Le Stade Toulousain connaît une saison en deçà de son standing de grosse écurie du championnat de France. La gifle infligée par le Munster (23/47) en quart de finale de la H Cup, plus lourde défaite de son histoire européenne, n’est peut-être pas une si mauvaise chose. Elle peut relancer la machine rouillée en donnant un nouveau souffle à une équipe au bord de l’asphyxie à l’échelle nationale.

Le Stade Toulousain n’a pas su trouver le trèfle porte bonheur sur les terres du Munster pour sortir victorieux de ce quart de finale à l’allure de cauchemar pour les « Rouge et Noir ». Déjà poussifs en phase de poule malgré une première place obtenue, le XV Toulousain a été balayé par la province irlandaise, qui n’a jamais été inquiétée par les hommes de Guy Novès. Désormais se concentrer sur le Top 14, comme l’aime à se répéter le coach Novès, est la marche essentielle à suivre pour une équipe pétrifiée, qui a enchaîné une cascade de péripéties cette année (Dusautoir absent jusqu’à la fin de saison, Mc Allister longuement blessé). Un effectif qui nage en plein doute, mais qui a su par le passé démontrer qu’il pouvait se relever après des échecs.

Le Stade Toulousain toujours dans le dernier carré

C’est simple, lors de ces deux dernières décennies, le Stade Toulousain est toujours arrivé au moins au stade du dernier carré hexagonal. Mais cette saison, la lutte pour accéder aux barrages est acharnée. Le club de la « Ville Rose » se trouve coincé au sixième rang (à égalité de points avec le Stade Français et Bordeaux-Bègles), dernier échelon qualificatif pour la phase finale. Un concours de circonstances qui s’explique par un manque flagrant de résultats à l’extérieur (une seule victoire décrochée à Biarritz bon dernier). Le calendrier favorable qui s’offre aux Hauts-Garonnais (réception de Brive et Grenoble, déplacement à Oyonnax) pour les trois prochaines journées pourrait changer la donne et permettre une qualification plus aisée.

Le Stade Toulousain a de l’orgueil

Signe d’une équipe qui a de l’orgueil, le Stade Toulousain a toujours su rebondir après un échec européen, en étant même capable d’aller chercher le titre national à six reprises (1997 : défaite en 1/2 contre Leicester ; 1999 : 1/4 perdu contre l’Ulster ; 2001 : élimination en poule ; 2008 : finale perdue contre le Munster ; 2011 : 1/2 perdue au Leinster ; 2012 : 1/4 perdu à Edimbourg). Puiser dans ses ressources, garder une culture de la gagne, avoir la haine de la défaite, des valeurs auxquelles les Toulousains devront se plier pour prétendre à une fin de saison en apothéose. Et faire taire ses détracteurs qui annoncent une organisation en fin de cycle.