Championnats d’Europe de judo 2014 : « C’était le feu… »

A l’entendre au bout du fil, à quelques minutes de prendre l’avion du retour sur Paris, il n’est pas difficile de comprendre que Romain Buffet se serait bien offert un peu de rab. Même s’il n’a pas joué le rôle qu’il souhaitait puisque seulement retenu pour le championnat par équipe et non en individuel (« Mais je ne peux m’en prendre qu’à moi même », précise-t-il), le judoka français n’a pas boudé son plaisir ces quatre derniers jours à Montpellier, à l’occasion des championnats d’Europe de Judo 2014.

Exceptionnel public français aux championnats d’Europe de judo 2014

Présent dès le jeudi à l’ouverture de la compétition, il a suivi pas à pas l’exceptionnel parcours de ses homologues français et apprécié chaque minute offerte avec le public tricolore. « C’était le feu. Non seulement les spectateurs français ont répondu présent mais en plus ils se sont chargés de l’ambiance. » Romain Buffet parle en connaissance de cause : il était déjà là à Budapest en 2013, avant cela à Tcheliabinsk en Russie en 2012 et encore avant à Vienne en Autriche, en 2010. Et jamais il n’avait connu pareille ambiance pour un championnat d’Europe de judo.

Teddy Riner mais pas que…

« Je le dis sans chauvinisme » ajoute-t-il, parce qu’avec la génération actuelle du judo français, les chances de médailles sont si fortes que les spectateurs se déplacent en masse pour voir de plus près les champions. « Ils viennent surtout pour Teddy (Riner) » admet quand même Romain Buffet qui n’en prend toutefois pas ombrage. Bien au contraire. « C’est le judoka le plus médiatique, c’est normal que le public en pince pour lui. » Tant qu’il garde une part de soutien pour les autres… Puisque la presse n’y pense pas toujours, au grand dam de Romain Buffet : « C’est dommage que les médias ne se focalisent que sur lui. Sur la journée en équipes, par exemple, il n’y en avait que pour Teddy alors qu’il n’a disputé que la demi-finale. »

Au bilan, Romain Buffet est un judoka HEU-REUX !

Et alors que ce bronze décroché en fin de compétition est bel et bien le fruit d’une oeuvre collective imputable tout autant au sextuple champion du monde de la discipline qu’à ses compagnons, Loïc Korval, Ugo Legrand, Loïc Pietri, Alexandre Iddir, Cyril Maret et bien sûr lui, Romain Buffet. Ce dernier qui se réjouit, malgré le métal moins doré qu’espéré, de ramener une breloque à la maison. Quand bien même finira-t-elle « surement dans un placard » là où s’entassent déjà ses autres trophées parmi lesquels un titre de champion du monde par équipe en 2011, un championnat de France en 2010 et un podium du tournoi de Paris en 2011.

Les Français fidèles au rendez-vous

« Cette médaille nous fait du bien car nous n’en avions plus gagné en équipe depuis les Mondiaux de 2011 » souligne le Rouennais de souche. Elle s’ajoute de surcroît à l’exceptionnelle moisson française : 13 médailles en individuels et 2 dans les épreuves par équipe. Record de 1987 explosé par la délégation tricolore !