Helena Costa: L’Europe l’a souhaité, Clermont l’a fait !

C’est une mini révolution dans le football professionnel français. Une femme va devenir entraîneur de l’équipe de Clermont la saison prochaine en Ligue 2. Une première dans l’histoire en France et une réponse aux attentes de la Commission Européenne, qui réclamait plus de femmes managers dans le monde du ballon rond . Cette lourde tâche sera confiée à la Portugaise Helena Costa, ancienne sélectionneuse des féminines du Qatar et de l’Iran. Elle prendra en charge le club auvergnat dès la saison prochaine en remplacement de Régis Brouard.

“Cette nomination doit permettre au Clermont Foot 63 de rentrer dans une nouvelle ère, en s’appuyant sur un groupe de 17 joueurs actuellement sous contrat, auxquels s’ajouteront de jeunes joueurs issus du Club”. C’est par ce communiqué que Clermont vient de faire une annonce qui a bouleversé le paysage du football français. Le quatorzième de Ligue 2 sera bien dirigé par une femme en la personne d’Helena Costa. C’est une grande première dans le football français (et même le sport en général). Régis Brouard, en fin de contrat, laissera sa place sur le banc à la Portugaise dès la saison prochaine. À 36 ans, Costa ne va pas connaître sa première expérience en tant que coach malgré son jeune âge. Notamment passée par la formation de Benfica ou en charge du recrutement au Celtic Football Club, elle avait officié également en tant que sélectionneuse des féminines du Qatar et de l’Iran. Prendre la tête d’une équipe professionnelle masculine sera une autre paire de manches pour la jeune femme, qui a provoqué un véritable engouement médiatique suite à l’annonce de sa nomination. Un coup à quitte ou double pour les Clermontois qui n’auront jamais autant créé le buzz.

Clermont en avance sur son temps

Le président clermontois Claude Michy a de la suite dans les idées. Cette nomination d’Helena Costa est une belle réponse aux intonations de la Commission Européenne. Il y a un peu plus d’une semaine, cette dernière plaidait pour plus d’entraîneurs féminines dans le football européen, annonçant qu’elle allait saisir l’UEFA pour accéder à cette demande. Selon la Commission, les femmes ne représentant que 20-30% des entraîneurs dans le monde du ballon rond en Europe tandis que 20 des 54 fédération européennes ont des directions exclusivement masculines. Un projet poussé par la commissaire chypriote aux Sports, Androulla Vassiliou, qui devrait rencontrer Michel Platini à cet effet dans les prochaines semaines. Mais Michy n’en est pas à son premier coup d’essai. Il avait déjà fait un premier pas dans la mixité hommes-femmes. En avance sur son temps, le régional (Michy est né à Clermont-Ferrand) lance il y a un peu plus d’un an la mise en place d’une section féminine dans son club avec les partenaires locaux, preuve d’une certaine ouverture d’esprit.

Pas une première en Europe

Le plus surprenant est que même le football féminin souffre de la parité des sexes. En France par exemple, onze des douze clubs de première division féminine sont entraînés par des hommes (seul Guingamp a un entraîneur féminin, Sarah M’Barek). Un signe d’autant plus fort que l’arrivée de Costa dans le championnat de Ligue 2. La première à avoir entraîné un club de football masculin se nomme Carolina Morace. En 1999, elle prend en main le club italien de Viterbese, évoluant alors en série C1 (l’équivalent de la 3e division). Le comble, c’est que cela se soit passé en Italie, un pays catégorisé comme “macho”. D’ailleurs elle n’a pas tenu plus de deux matchs, forcée de quitter son poste sous la pression médiatique. Souhaitons à Helena Costa, une expérience plus heureuse en Auvergne.