10 bonnes raisons de suivre le Giro 2014

Le 97e Tour d’Italie, communément appelé le Giro, a démarré ce vendredi de Belfast en Irlande du Nord. À un peu moins de deux mois du Tour de France, cette course cycliste qui existe depuis 1909 n’a peut être pas le prestige de sa consoeur, mais révèle des aspects tous aussi séduisants. Score n’co vous propose les 10 raisons qui pourraient vous faire suivre cette édition 2014.

Du jamais vu comme lieu de départ !

À l’instar du Tour de France, qui a pris l’habitude ces dernières années de donner ses départs à l’étranger (Londres, Amsterdam …), le Giro s’est lancé ce vendredi d’Irlande du Nord à Belfast. Deux ans après le Danemark, cette ouverture du tour Italien depuis l’étranger est la dixième de l’histoire, la première dans ce pays. Une étape initiale qui sera un contre la montre par équipe dans les rues de la capitale nord-irlandaise. Le peloton se dirigera ensuite du côté de Dublin et passera 3 journées sur les terres du trèfle à quatre feuilles. Un itinéraire qui doit ravir l’ancien coureur Stephen Roche, dont le fils Nicolas est engagé avec la Tinkoff-Saxo, un des deux seuls représentants irlandais au départ avec le grimpeur Daniel Martin (Garmin-Sharp).

Quartiers historiques et paysages majestueux

Comme le décrirait si bien notre Jean-Paul Ollivier national, les paysages traversés par ce Giro 2014 vont donner lieu à des images magnifiques. Le peloton va traverser des lieux historiques, tels que le Titanic Belfast, la plus grande exposition au monde consacrée au célèbre navire coulé en 1912. Les cyclistes passeront par des décors majestueux en Irlande du Nord comme la Chaussée des Géants, petite formation volcanique en bord de mer. Enfin, les charmes des villes italiennes (Modène, Montecassino, Bari…) n’échapperont pas aux yeux des téléspectateurs. Du sport avec une pointe de culture en supplément.

Un avant goût du Tour de France

Si ni Christopher Froome, ni Vincenzo Nibali (vainqueur Giro 2013) ne sont présents parmi les engagés au départ de ce Giro (les deux cyclistes privilégiant le Tour de France), le plateau reste tout de même séduisant. Dans ce peloton, Nairo Quintana (Movistar) ou Joaquin Rodriguez (Katusha) font office de favoris. Le Colombien qui s’est révélé sur les routes françaises en 2013 (2e de la Grande Boucle) pourra compter sur une équipe de la Movistar entièrement dévouée à son leader. L’Espagnol surnommé “Purito” voudra lui, confirmer ses bonnes dispositions sur les Grands Tours, et parvenir à endosser ce maillot rose tant convoité. Cela promet un duel endiablé entre les deux grimpeurs. Cadel Evans fait également partie du lot des prétendants à la victoire finale. L’Australien, même si le poids des années se fait de plus en plus ressentir (37 ans), peut toujours tirer son épingle du jeu s’il ne subit pas de graves défaillances dans un jour sans, comme il en a l’habitude.

Quel Italien peut sauver l’honneur de son pays ?

Ferveur nationale oblige, le public du Giro attendra qu’un héros national puisse briller dans cette édition 2014. Le problème, c’est qu’aucun Italien ne semble en mesure de s’imposer cette année. En l’absence de Vincenzo Nibali tenant du titre, pas de véritable leader ne se dégage du lot. Un Damiano Cunego, éternel talent, semble encore léger pour un éventuel podium. Ivan Basso et Michele Scarponi semblent en fin de cycle (36 et 34 ans) et la durée de l’événement (3 semaines) n’est pas pour jouer en leur faveur. Sauf énorme surprise, il serait étonnant de voir un Italien en haut du podium au final.

Des Français aux dents longues

Certains tricolores risquent d’animer la course sur les routes du Giro 2014. L’équipe de la Française des Jeux mise ainsi beaucoup sur leur sprinter, le champion de France 2012 Nacer Bouhani. Ce dernier aura l’occasion de démontrer l’étendu de son talent lors la première semaine, qui fait la part belle aux rois du sprint. Chez la formation Europcar, le leader Pierre Rolland peut se faufiler dans le haut du classement général, en se montrant à son avantage dans les étapes de haute montagne. Ils seront en tout 18 français sur les 198 engagés.

Un parcours pour tout profil

Les organisateurs du Giro 2014 ont voulu offrir des opportunités à tous les profils des coureurs, pour qu’ils puissent se sublimer dans cette 97ème édition. Le peloton s’étant plaint par le passé d’étapes trop longues et difficiles, cette année chaque semaine est correspond à un profil de cycliste. La première semaine devrait ainsi être réservée aux sprinters, la seconde aux baroudeurs et la dernière aux grimpeurs.

Le défi du Monte Zoncolan

En France, nous avons le Mont Ventoux ou l’Alpe d’Huez comme sommets traditionnels à franchir lors du Tour de France, en Italie ils ont le Monte Zoncolan. Découvert en 2003 pour la première fois sur le Giro, ce col est considéré dans le cyclisme mondial comme l’un des plus difficiles au monde. Il sera grimpé par les coureurs lors de l’avant dernière étape. Le classement général établi à ce moment là pourrait s’en retrouver complètement bouleversé. Cette dernière ascension est longue de 10 km avec un pourcentage moyen de 12 % mais des passages à 20 % ! Avec la fatigue accumulée, la difficulté de cette montée pourrait offrir une fin en forme d’apothéose. Le maillot rose pourrait se gagner ou se perdre ce jour précis du 31 mai 2014.

Une ambiance au rendez-vous

Que ce soit en Irlande ou en Italie, ce Giro promet d’être festif sur le bord des routes. Le peuple italien étant très démonstratif, toutes sortes de déguisements risquent d’orner les lieux traversés par le peloton. Faisons confiance aux transalpins pour faire le spectacle.

Un hommage à Marco Pantani

En mémoire de l’ancien cycliste Marco Pantani, décédé il y a de cela 10 ans, la 97ème édition du Giro mettra à l’honneur le “Pirate” en passant par les lieux qui ont forgé sa renommée. Le Tour d’Italie passera notamment par la commune d’Oropa (dans le Piémont) ou la montée du Montecampione, endroits dans lesquels Pantani avait remporté de belles victoires. Vainqueur à une seule reprise de l’épreuve (en 1998, année de son doublé Giro-Tour), l’Italien a laissé une trace indélébile dans les esprits des fans de vélo.

En exclusivité sur beIn Sports

Pour suivre intégralement ce Giro, il vous faudra être abonné à la chaîne beIn Sports, qui proposera certains programmes en streaming directement depuis son site. Les autres pourront tout de même suivre les étapes du Tour d’Italie 2014 via le site officiel de l’événement, ou encore celui d’Eurosport. Fans de sport que vous êtes, il est certain que vous réussirez à suivre cette jolie édition.