Mondial 2014: Sexe et foot, l’avis des sélectionneurs…

Sexe et Mondial 2014 de football peuvent-ils faire bon ménage. Sur les 32 sélectionneurs en compétition, les avis divergent forcément de ceux qui prêchent l’abstinence aux autres plus permissifs sur la question. Didier Deschamps a eu à donner le sien en conférence de presse. Pas d’objection de sa part à ce que les Bleus s’amusent mais, a-t-il claironné mi-réjoui mi-gêné par la question : « Tout dépend quand, comment, combien… »

Au Mondial 2014 il y a les sélectionneurs pour le sexe et les contres

Plus embarrassé encore que Didier Deschamps selon les faits rapportés par LaTercera.com, Jorge Sampaoli, sélectionneur du Chili, a dit ne même pas s’être posé la question et qu’il était d’ailleurs préférable d’interroger son staff technique plus en mesure, selon lui, d’y répondre.

Scolari ne veut pas « d’acrobaties »

Au Brésil, le pays hôte, les relations sexuelles seront autorisées. Mais Felipe Scolari a prévenu : « Le sexe durant le Mondial est normal. Et normal c’est normal, ce la ne veut pas dire trop. Et le sexe normal c’est une relation équilibrée et pas de ridicules acrobaties ». A Neymar et ses partenaires d’apprécier ce que Scolari juge normal et ce qui ne l’est pas…

Pas de sexe pour la Bosnie et le Mexique

Les Bosniens eux se poseront moins de question car dans la sélection le sexe sera totalement prohibé. Même chose pour les Mexicains mais l’ironie est plus cruelle car initialement le coach Miguel Herrera avait donné son approbation avant de faire machine arrière car selon lui, un joueur « qui ne peut pas passer un mois sans sexe n’est pas digne de disputer un Mondial ».

Au Costa Rica, la prime à la performance

Finalement, le meilleur exemple de la compétition est peut-être celui du Costa Rica. La Fédération a fait mieux que penser au sujet, elle en a fait un véritable atout. Le marché proposé aux joueurs est le suivant : le sexe est interdit pendant la phase de groupes mais sera autorisé si le pays se qualifie.