Mondial 2014 : La légende des “coiffeurs” en football

L’Équipe de France jouera son troisième match de poule ce mercredi face à l‘Équateur. Pour cette rencontre, Didier Deschamps pourrait procéder à un large turn over au sein de son équipe. Le sélectionneur tricolore donnerait ainsi une opportunité aux fameux “coiffeurs” de jouer, à savoir les remplaçants du groupe des 23 français. Un terme légendaire dans le milieu du ballon rond, qui horripile le sélectionneur des Bleus : “Je n’ai pas de coiffeurs” clame DD. Mais d’ailleurs pourquoi ce terme pour désigner des joueurs du banc ?

“Coiffeur”, une légende qui date de 1958

La légende veut que le terme “coiffeur” dans le sport soit apparu lors la Coupe du monde de foot 1958 en Suède. Les remplaçants coupaient les cheveux des titulaires, pour s’occuper quand ils ne jouaient pas. Ils prenaient part ainsi, d’une certaine manière, à la compétition. D’où ce surnom original.

Cabella et Schneiderlin en 2014 les Chimbonda de 2006 ?

Quand Didier Deschamps exclut le terme “coiffeur” de son vocabulaire, il est difficile de croire le Basque. À priori, l’entraîneur de la France ne devrait pas réaliser de multiples retouches à son onze de départ face aux Équatoriens. Il n’imitera pas son ancien coach Aimé Jacquet, qui en 1998, avait effectué 6 changements dans sa composition d’équipe lors de la victoire française au troisième match de poule face au Danemark (Deschamps avait été préservé d’ailleurs lors de ce match contre les Danois). Dans ce contexte là, les Bleus étaient déjà qualifiés pour les huitièmes de finale alors que ce n’est pas encore le cas pour l’édition 2014 (la France doit s’incliner 4 0 et les Suisses battre Honduras 5 0 pour se faire éliminer). Des joueurs comme Rémy Cabella ou Morgan Schneiderlin, les deux réservistes rappelés, auront du mal à disputer la moindre minute de jeu durant cette Coupe du Monde. À moins de coiffer les titulaires à l’entraînement. Le célèbre Pascal Chimbonda de 2006, avait par exemple assisté à tout le Mondial 2006 depuis le banc de touche.

Parler de “coiffeurs” en Bleu, ironique non ?

Petite parenthèse capillaire.  Il est étonnant de parler de “coiffeurs” en équipe de France. La raison : les choix douteux (pour être gentil) des coupes de cheveux des footballeurs français lors de ce Mondial. Ce n’est pas Olivier Giroud, Antoine Griezmann ou Mathieu Debuchy qui pourront dire le contraire.