OM: Des affluences qui déclinent. Mais des raisons d’y croire

L’Olympique de Marseille connaît depuis quelques années une certaine chute de fréquentation de ses abonnés au Stade Vélodrome. Baisse de ferveur, travaux pénalisant le confort, manque de résultats, les raisons sont légion pour expliquer le taux de remplissage de plus en plus faible de l’enceinte olympienne. Des signes d’espoir de fidélisation du public marseillais demeurent. En grande partie incarnés par un homme : Marcelo Bielsa.

La ville de Marseille aurait-elle perdu sa passion OM dans le sang ? Il est quand même présomptueux d’en arriver à ce constat. Toujours est-il, que l’affluence du Stade Vélodrome a quelque peu pâti ces dernières années d’une ambiance terne en gradins. Le jeu pratiqué par les marseillais n’ayant guère été enthousiasmant depuis leur titre de champion de France en 2010, le spectacle chez les groupes de supporters n’arrive également plus à suivre. C’est simple, ces trois dernières saisons, l’Olympique de Marseille a perdu 10 000 abonnés en moyenne avec un taux de remplissage passant de 85,4% en 2009-2010 (année du titre de champion) à 78,8 % lors de la saison 2013-2014. La perte nette en terme de billetterie serait elle de 28 millions d’euros. Des chiffres à relativiser toutefois. Les travaux entamés en juin 2011 jusqu’en juin 2014, pour redessiner la nouvelle enceinte olympienne en vue de l’Euro 2016, ont réduit la capacité du stade de 60 000 à 42 000 places. Forcément, l’affluence s’en est faite elle ressentir, avec une moyenne passant de 51 081 personnes en 2009/2010, année du titre, à 33 473 en 2012/2013 (saison que l’OM termine à la deuxième place tout de même en Ligue 1). Mais le nombre de rencontres de la saison dernière s’étant disputé dans un Vélodrome vide (pourtant aux 3 tribunes ouvertes, seul Jean Bouin était fermée), n’ont jamais été aussi importantes. Avec l’affluence la plus faible enregistrée face à Valenciennes lors de la 21ème journée de Ligue 1. 15 000 courageux étaient présents ce soir de février glacial, autant au niveau climat que d’ambiance.

Un nouvel engouement influencé par Marcelo Bielsa ?

Un homme pourrait créer de nouveau l’émulation dans les rangs des inconditionnels de l’OM. Son nom : Marcelo Bielsa. Si le manager gaucho se fait toujours désirer du côté du centre d’entraînement Robert-Louis Dreyfus (la reprise des joueurs s’est faite sous la direction de son adjoint Diego Reyes), les fans de l’OM pourraient retrouver de l’amour pour leur club, grâce à un entraîneur à la popularité croissante dans le milieu du football. La plus grande crainte reste de ne pas voir débarquer l’ancien coach de Bilbao sur la Canebière (il devrait arriver par avion à Marseille si tout va bien ce mardi ). Un mercato séduisant pourrait aussi faire pencher la balance côté supporters. Si le recrutement d’une ou deux pépites s’effectuait, nul doute que les marseillais qui suivent toujours de très près l’arrivée des nouveaux joueurs dans leur équipe, seront au rendez-vous dès la reprise du championnat dans le nouveau Vélodrome. Les performances des joueurs olympiens entreront en jeu dans la logique de fidélisation du public. Et ce encore plus à l’Olympique de Marseille.

Stade Vélodrome : Des tarifs qui restent abordables

Des raisons de croire également à un regain d’intérêt des fans marseillais : les prix des abonnements qui restent abordables. Une donnée qui pourrait également rentrer en jeu dans la démarche des supporters à racheter leurs précieux sésames. Malgré le nouveau format du Stade Vélodrome (67 000 places), le coût d’une carte à l’année varie de 190 euros en virages à 990 euros en VIP, pour les 19 rencontres à domicile de la saison. Soit une moyenne de 10 euros par match en tribune latérale Ganay par exemple. Des tarifs loin d’être exorbitants, comparés au club rival du Paris-Saint Germain. Une hausse de 30 % du prix des abonnements a été mise en vigueur pour les adhérents du Parc des Princes. Une augmentation qui ne freine pas la ferveur des fans du club de la capitale (toutes les cartes d’abonnés ayant trouvé rapidement preneurs). Un pass intégral en virage à Paris (L1, Ligue des champions, coupes) est passé de 360 à 430 euros, soit 16,50 euros par match. Les Olympiens battent donc les Parisiens en terme de prix, reste désormais à confirmer cette victoire sur le terrain vert.