Tour de France 2014 : Dans le peloton, à chacun son surnom !

Il y avait le “Blaireau” (Bernard Hinaut pour son caractère bien trempé), “le Cannibale” (Eddy Merckx) ou encore “le Pirate” (Marco Pantani). Désormais au sein du peloton du Tour de France 2014, vous pouvez trouver El Pistolero, Rambo, le Kényan Blanc, Spartacus. Ces étranges surnoms relèvent tous d’une caractéristique propre à chacun de ces cyclistes.

Tour de France 2014 : Peter Sagan dit Rambo, Fabian Cancellara alias Spartacus

Souvent, les surnoms des sportifs sont empruntés à des personnages cinématographiques dont les caractères ressemblent à leurs aptitudes. Le cyclisme ne déroge pas à la règle. Le maillot vert du Tour de France 2014, Peter Sagan, est par exemple appelé “Rambo” car il veut toujours “dégommer” tout ce qui bouge. Fabian Cancellara, triple vainqueur de Paris Roubaix, est nommé “Spartacus” pour son physique très puissant.

« Le Requin de Messine » maillot jaune du Tour de France

Le leader du Tour de France 2014, l’Italien Vincenzo Nibali, impressionne les observateurs par son sens aiguisé des trajectoires sur les routes de la Grande Boucle. Sa démonstration sur les pavés de la cinquième étape d’Arenberg-Porte du Hainaut, a confirmé le statut de favori cette année du “Requin de Messine”. D’autant plus que le tenant du titre Christopher Froome ou le Kényan Blanc (né à Nairobi) a abandonné lors de cette terrible journée de mercredi après plusieurs chutes. Contador a lui perdu plus de 2 minutes sur Nibali. Difficile pour celui qui est surnommé « El Pistolero » parce qu’après chaque victoire, l’Espagnol fait avec sa main un geste comme s’il tirait avec un pistolet.

Les Français du Tour : de Mimosa à Francis

Sylvain Chavanel, le champion de France du contre la montre sur route 2014, est appelé “Mimosa” par ses coéquipiers. La raison : le fait qu’il roulait trop vite à l’entraînement a rappelé à un camarade de son équipe une scène du film « Une époque formidable » avec Ticky Holgado. La fameuse réplique de l’acteur était  «freine mimosa». Thomas Voeckler, le chouchou des routes de la Grande Boucle, est surnommé Ti’blanc pour ses origines alsaciennes.  Mais il a également un autre sobriquet, celui de “Francis”. Une référence au comportement bagarreur du français dans sa jeunesse. Son jeu favori en boîte de nuit consistait à chercher la baston, de mettre un petit coup de poing et se barrer aussi vite qu’arrivé. Comme Francis Begbie dangereux psychopathe du film Trainspotting qui terrorise et brutalise les gens qui l’énervent dans le film culte de Danny Boyle.

Le Petit Ramoneur premier vainqueur du Tour

Le premier vainqueur du Tour de France en 1903 avait également son petit surnom. Maurice Garin était surnommé le « Petit Ramoneur » parce qu’il a travaillé dans sa jeunesse dans une entreprise de fumisterie. Rik Van Looy, seul coureur à avoir gagné toutes les classiques (entre 1956 et 1968), fut baptisé par les journalistes belges « L’Empereur d’Herentals », en référence à la commune où il habitait. Enfin, qui ne se souvient pas de l’immortel « Poupou » que fut Raymond Poulidor dans les années 60 et 70.

Quelques surnoms de cyclistes du Tour de France 2014 :

Blel Kadri : Babi, Cheng Ji : Tueur d’échappées, André Greipel : Le Gorille de Rostock, Alejandro Valverde : Ballaverde, Jérôme Pineau : La Pine