TDF 2014 : Voilà la conséquence physique de 3 semaines de course

Bartosz Huzarski n’est pas le cycliste le plus connu au sein du peloton. Pourtant, le coureur de l’équipe allemande NetApp-Endura a créé le buzz ce week-end avec la publication d’une photo de l’état de ses jambes à l’issue de la 18e étape du Tour de France 2014 entre Pau et Hautacam. Effrayant n’est pas un terme suffisant pour décrire le visuel des membres inférieurs du natif de Swidnica en Pologne. Jugez plutôt.

Huzarski rapidement accusé de dopage

Le cliché a provoqué instantanément la réaction des internautes, choqués par les veines apparentes de Bartosz Huzarski. Le terme dopage a été ainsi rapidement ramené sur la table. En réponse à ces attaques, le Polonais s’est défendu avec un statut teinté d’humour : « Je n’ai pas pensé qu’une photo de mes veines puisse déclencher une telle confusion! Pour moi, cet état n’est pas une révélation, car c’est une situation qui arrive assez souvent lors de courses particulièrement difficiles par une chaude météo. Je n’ai pas les jambes des mannequins Victoria Secret’s, ça ne marche pas comme cela dans mon sport ». Il est certain que dans ces conditions, le vice-champion de contre-la montre de son pays en 2005, n’est pas prêt à faire un défilé.

3664 km parcourus en 3 semaines !

Avec 21 étapes et 3664 kilomètres traversés en trois semaines sur ce parcours 2014, il est logique que les cyclistes soient marqués physiquement. Les jambes étant les premières victimes des efforts fournis par tous les coureurs. Une période de repos sera nécessaire à tous, et principalement à Huzarski, pour retrouver une apparence plus esthétique.