La médaille à Zurich pour oublier Moscou: Entretien avec la sprinteuse Ayodele Ikuesan

En 2013, elle a goûté la joie d’une médaille d’argent aux Mondiaux d’athlétisme de Moscou, avec le relais 4×100 féminin. Le podium, les médias qui se pressent… Les Bleues avaient reçu tous les honneurs offerts à des vice-championnes du monde, avant que l’IAAF ne retire deux heures plus tard à la France sa médaille, pour un passage de témoin hors zone. Cruel épilogue !

Ce dimanche, avant de prendre le départ du relais 4×100 des championnats d’Europe Zurich 2014, il est probable qu’Ayodele Ikuesan y repensera. Comme Céline Distel-Bonnet et Myriam Soumaré qu’elle a accompagné, mercredi, en finale individuelle du sprint féminin et qui feront équipe avec elle sur l’épreuve du relais. Les filles sont revanchardes. Et remontées.

Depuis la Suisse, 24 heures après l’épreuve individuelle qu’elle a terminé par une finale et un record personnel en demi (en 11″22), Ayodele Ikuesan ne s’en est pas cachée : “Tout autre résultat qu’une médaille sera une énorme déception”. Voilà au moins qui est clair. Et qui témoigne de l’ambition de ce groupe.

Reste à savoir si, comme elle le souhaite, le bonheur se conjuguera avec une Marseillaise. “Nous étions trois filles en finale de l’épreuve individuelle. L’année dernière à Moscou nous avions fait un gros chrono en série et nous sommes arrivées en forme à ces championnats d’Europe. L’objectif sera donc d’aller chercher la première place”, admet-elle. Sans toutefois minimiser la concurrence.

Les Françaises “attendues” à défaut d’être les “favorites”

“Je ne dirai pas que nous serons favorites mais je suis sûre que nous serons attendues”. Par les Anglaises (au nombre de deux en finale de l’individuel) ou les Néerlandaises (avec Dafne Schipper, championne d’Europe du 100m et du 200m) qui seront les principales adversaires des Bleus.

La force de la France c’est d’avoir un groupe talentueux et homogène, qui se connait et qui vit bien ensemble. Ayodele Ikuesan est au moins certaine d’un fait : “Les quatre filles au départ seront toutes très motivées, prêtes à tout donner et à se bagarrer jusqu’au bout.” Le reste, c’est la piste qui en décidera en un peu plus de quarante secondes d’enfer ou de bonheur.

Au bout, les attendra Neslon Monfort, le journaliste de France TV, premier à recueillir les impressions des athlètes tricolores dès leur retour aux vestiaires. L’exercice peut être plaisant ou redoutable c’est selon “si l’on a fait une bonne course”. Ayodele Ikuesan en rigole de bon coeur mais c’est uniquement parce qu’elle savoure enfin pleinement ces moments de la vie d’un athlète.

Elle qui explique s’être “pas mal pris la tête” depuis deux ans pour “décrocher les minimas des compétitions internationales” a trouvé aujourd’hui le juste équilibre entre sa vie professionnelle (elle est chargée d’études en marketing dans le secteur de la santé) et sportive. A 29 ans, la copine et partenaire d’entraînement de Myriam Soumaré est à l’âge de la maturité avec son nouveau record personnel en poche et peut-être bientôt une médaille d’or du relais aux championnats d’Europe de Zurich. A Score n’co, c’est tout le bonheur que l’on souhaite aux quatre relayeuses tricolores !