Brandao, Eto’o, Zidane et autres histoires de coups de boule

C’est l’image de la 2e journée de Ligue 1 version 2014-2015 qui relègue au second plan les autres faits marquants et même la victoire pourtant solidement acquise par le collectif du PSG. Le coup de boule de Brandao sur le milieu de terrain italien Thiago Motta a surpris autant qu’il a fait débat ; personne cependant chez les observateurs du foot ne trouvant de raison de défendre l’attaquant bastiais.

Et pour cause. Même les plus farouches détracteurs de Thiago Motta – et ils sont nombreux tant le joueur est parfois aussi talentueux qu’exaspérant – n’ont pas les mots justes pour sortir le Brésilien du pétrin dans lequel il s’est plongé. Brandao a tout prémédité, il en est de fait moins pardonnable. Pourtant, il n’a rien inventé, le coup de tête étant un geste fréquent chez les footballeurs, généralement dans un ballon, parfois sur un adversaire.

Zinedine Zidane a immortalisé le geste le 9 juillet 2006 face à l’Italie. Depuis, d’autres s’en sont inspirés. Comme Samuel Eto’o qui a repris à l’identique, le coup porté dans la poitrine adverse. Plus récemment, en début d’année 2014, le manager de Newcastle Alan Pardew est lui aussi sorti de ses gongs pour s’en prendre à un joueur de Hull City. La différence de tous avec Brandao c’est qu’il n’y a pas eu de conséquences physiques directes pour leurs opposants. Alors que Thiago Motta s’en tire lui avec le nez cassé.