A l’US Open, les Français ne savent pas servir mais ils sont endurants !

Même s’il bat Roger Federer cette nuit, Gaël Monfils ne nous fera pas mentir. Et pour cause, c’est lui le premier visé par cette affirmation selon laquelle à l’US Open les joueurs français ne savent pas – ou n’ont pas su pour tous ceux qui ont déjà été éliminés -, servir efficacement. Cette assertion découle d’une implacable vérité : les statistiques.

Les chiffres sont là en effet pour montrer l’évidence. En quatre match La Monfe a servi 27 doubles fautes soit presque sept par rencontre. Bien évidemment c’est énorme. Pourtant il y a pire dans le camp tricolore. En deux matchs, Paul-Henri Mathieu a concédé 17 points sur doubles fautes, Jérémy Chardy 18 et Benoit Paire 19.

Le plus dur est d’accepter l’idée que le meilleur serveur français de cet US Open est à deux doigts de la retraite. Si quelque chose fonctionne encore chez Mickaël Llodra, c’est sa première balle, avec un ratio de 73% de réussite, soit le plus élevé du tournoi. Quant à Tsonga, malgré ses 17 doubles fautes en quatre matchs qu’il compense par 53 aces, il s’en tire lui aussi sans trop de dommages.

Il faut par contre rendre aux Français le mérite qui leur revient, à savoir celui de ne rien lâcher. De vrais teckels sur un court ! La preuve étant qu’ils sont à l’origine des points les plus longs du tournoi. Face à l’Espagnol Gonzalez, Gaël Monfils a joué un point en 38 échanges, Simon en 35 contre Radu Albot, Benoit Paire 33 contre Carreno Busta et Gasquet 31 face à Istomin. Les rallyes comme les matchs marathons sont bien une spécialité française.

Tout cela tendant finalement à prouver que le tennis tricolore ne manque aucunement de courage ni de vaillance mais peut-être de mental. Rien de nouveau me direz-vous sauf que les chiffres sont là pour en attester !