Ski: Que deviens-tu Antoine Dénériaz ?

Le ski a offert à Antoine Dénériaz le plus beau titre qui puisse exister dans son sport : celui de Champion Olympique de descente à Turin en 2006. « L’équivalent de la médaille d’or au 100 m » comme Dénériaz se plait à le dire. Depuis sa retraite à l’hiver 2007, le géant de Morillon s’est reconverti dans le rôle d’un commercial aguerri dans la discipline qui l’a élevé au sommet. Le Français a ainsi lancé sa propre marque d’équipement hivernal, qui a pris son nom « Dénériaz ». Une idée qui a émergé sur le retour d’un vol de Beaver Creek (USA) en novembre 2007, après avoir quitté le site américain avant même le début des épreuves de la seconde manche de la Coupe du Monde  : « Je savais que j’allais prendre ma retraite, mon corps ne supportait plus l’effort physique. J’ai arrêté du jour au lendemain après une course dans la saison. Le fait d’être aux Etats-Unis, le pays du business, m’a donne l’idée de créer ma propre marque. J’ai commencé à gribouiller quelques croquis de casques de ski dans l’avion ».

Le Haut-Savoyard, n’ayant pas de plan fixe sur son après-carrière, a l’impression de sauter dans le vide. Ces vagues inspirations se transforment vite en réel projet. Dénériaz se focalise en premier lieu sur les casques de ski, pour aider également son sponsor Cébé, qui doit déposer le bilan au même moment : « J’étais reconnaissant envers la marque. Grâce à mes contacts rencontrés dans ma carrière et différents réseaux, j’ai réussi à retrouver les fabricants et intervenants. J’ai appris les choses sur le tard, j’ai du mettre les mains dans le cambouis ». Très rapidement, l’ancien skieur réussit à déposer sa marque à l’automne 2008 avant que les produits ne commencent à se commercialiser en 2009 : « Tout est allé très vite. En un peu plus d’un an après ma retraite, j’étais à la tête de mon entreprise, mon bébé personnel ». D’abord implanté sur le marché de la compétition, le marketing de Dénériaz dévie rapidement sur le marché public (lunettes, sous-vêtements et skis). 80 magasins « Dénériaz » sont présents en France aujourd’hui, principalement dans les stations des Alpes.

Pour se perfectionner encore plus dans un secteur où il n’a pas encore tous les acquis, l’ancien skieur entame un Mastère en marketing international du sport et en sort diplômé en 2012. Le tricolore trouve également des similitudes entre son ancien et nouveau métier : « Le challenge est aussi intéressant et passionnant que de monter sur des podiums mondiaux. Lancer sa propre marque sur un marché déjà fourni est compliqué. C’est très valorisant pour moi de voir des clients porter mes idées ». De la conception du produit (principalement en Italie) au choix des collections, Antoine Dénériaz est investi à 100 % dans ses nouvelles activités : « Je croise les doigts pour que cela continue et que ma réussite professionnelle soit à la hauteur de celle du sportif, ça serait déjà pas mal (rires). »