Comme Joey Barton, ces sportifs ont reçu des menaces de mort

Joey Barton, éphémère joueur de l’Olympique de Marseille en 2012/2013, vient de dévoiler sur son compte Twitter, une lettre bien particulière envoyée à la Commanderie (le centre d’entrainement de l’OM) le temps de sa période olympienne. Le courrier est en réalité une menace de mort à l’intention du milieu de terrain anglais signé sous le pseudonyme de « Cvetko Ivanović ». Et si le joueur des Queens Park Rangers s’est moqué de son expéditeur sur les réseaux sociaux en se fichant de son orthographe (voir tweet ci-dessous), d’autres sportifs ont par le passé pu être menacés plus sérieusement.

Ainsi aux Masters de Shanghai en 2012, Roger Federer était arrivé sous une surveillance très rapprochée. Le Suisse avait été l’objet de menaces de mort l’obligeant à se faire très discret en Chine, où il est d’ordinaire adulé pourtant. La raison : des messages haineux publiés une dizaine de jours avant le tournoi, d’un blogueur qui se faisait appeler “Blue Cat Polytheistic Religion Founder 07” sur baidu.com, le site chinois le plus populaire sur internet. Les mots étaient les suivants : “Le 6 octobre, je prévois d’assassiner Federer dans le but d’exterminer le tennis”. Le tout accompagné d’une photo assez sanglante, montrant le Bâlois décapité. Les autorités chinoises avaient préféré faire atterrir le numéro 1 mondial dans un lieu plus discret que l’aéroport de Shanghai pour éviter un potentiel danger.

Federer mort

Les sportifs peuvent également recevoir des menaces de mort de la part de fans furieux, du fait d’avoir blessé la star de son équipe ou de son pays. Début 2013, le joueur amateur (et professeur de géographie dans la vie) de Chassenay Soner Erket, est devenu la cible numéro 1 de la Colombie, lorsqu’il a involontairement provoqué la lésion du ligament croisé antérieur du genou gauche de Radamel Falcao en 16/e de finale de Coupe de France face à Monaco. Ce qui avait fait rater le Mondial au Tigre.

Les Colombiens sont eux même dangereux envers leurs idoles. Récemment, l’ancien attaquant international Faustino Aprilla, a révélé avoir été menacé de mort s’il ne versait pas de l’argent à un gang, venu l’agresser à son domicile. Ce qui l’a forcé à quitter le pays.

Encore plus dingue, le passage d’Olivier Kapo dans le club grec de Levadiakos la saison dernière. Dans un entretien accordé au mensuel So Foot en septembre, le Franco-Ivoirien expliquait avoir reçu des menaces de mort émanant de son propre président sous fond de paris sportifs : “Avant de jouer un match, j’ai reçu des gens chez moi, des voisins, qui m’ont demandé de prendre un carton rouge. Ils avaient fait des paris sportifs et m’ont proposé de me verser une partie des bénéfices en échange. lui ai répondu que j’étais quelqu’un de réglo (..). À ce moment-là, le président m’a répondu : « Tu n’iras nulle part, parce que je vais te tuer, avec ta femme et tes enfants. Tu ne vas pas revoir ta famille”.

Si ces menaces de mort en sont toutes restées au domaine de l’intimidation, il est préférable de jouer de prudence dans ces situations-là pour éviter d’éventuels drames.