Kaka, Fabregas… Ils ont tenté un retour dans leur club formateur .. et ont souvent échoué

C’est le transfert qui agite la toile en ce dernier lundi de l’année 2014. Fernando Torres, arrivé d’Angleterre au Milan AC cet été, va s’engager dans le club de ses premiers amours, l’Atlético Madrid où il va être prêté 18 mois. Un retour qui pose des questions. « El Nino » sera-t-il toujours à la hauteur du niveau qu’il avait en Espagne ? Est-ce le bon choix pour relancer une carrière au point mort depuis son transfert de Liverpool à Chelsea. En tout cas, l’Espagnol n’est pas le seul à avoir tenté un retour dans son équipe formatrice. En voici quelques exemples avec plus ou moins de réussite.

Cesc Fabregas de retour à Barcelone en 2011 :

Après sept saisons sous le maillot d’Arsenal et un palmarès garni d’un seul trophée (Coupe d’Angleterre en 2005), Cesc Fabregas prend la décision de rentrer à son pays d’origine (l’Espagne), afin d’évoluer au sein de l’équipe qui l’a formé, le FC Barcelone. Élève de la « Masia », Fabregas retrouve en Catalogne un environnement qu’il connaît parfaitement. Mais de star des Gunners où il était devenu le capitaine et chef d’orchestre, le milieu de terrain va passer à un rôle plus discret derrière l’inamovible Lionel Messi. Bilan, après une première saison correcte (9 buts 6 passes décisives en Liga), le champion du monde va bénéficier de moins en moins de temps de jeu, à son grand regret lors des deux années suivantes. Il prendra donc la décision de revenir en Premier League l’été dernier, mais à la grande surprise des fans d’Arsenal, Fabregas débarquera à Chelsea où il retrouve le plaisir de jouer. Une trahison pour un bonheur.

Bilan : Échec

Robinho de retour à Santos en 2014 :

Quand Robinho a débuté sa carrière à Santos, son club formateur, il était considéré comme le nouveau Pelé (comme beaucoup avant lui). Un joyau auriverde qui va rapidement séduire le Real Madrid, avec qui il va signer un contrat en 2005 à l’âge de 21 ans. Mais lors de ses expériences à Manchester City et au Milan AC, le Brésilien ne confirmera pas. C’est pourquoi son retour s’effectuera à Santos en août 2014 à 30 ans. Là-bas, Robinho a retrouvé une atmosphère qui lui convient, avec un nouveau rôle pour entourer les jeunes. Mais seulement prêté six mois par les Rossoneri, il pourrait déjà quitter Santos, les dirigeants milanais voulant le transférer définitivement en janvier.

Bilan : Mitigé

Joe Cole de retour à West Ham en 2013 :

Révélé à West Ham, l’international anglais Joe Cole (passé par Lille) revient dans son jardin chéri d’Upton Park en janvier 2013 après avoir subi de multiples blessures qui ont perturbé sa carrière. Mais ses espoirs de se relancer à Londres, vont rapidement se transformer en déceptions. Cole ne bénéficie pas ou peu de la confiance de son entraîneur Sam Allardyce et ne reste qu’ un an et demi au club. Pour signer à Aston Villa au mercato d’été 2014 dans un relatif anonymat.

Bilan : Échec

Le retour de Joe Cole à West Ham s'est soldé par un échec - @Iconsport

Le retour de Joe Cole à West Ham s’est soldé par un échec – @Iconsport

Kaka de retour à Sao Paulo en 2014 :

Né à Brasilia, Kaka a vécu pourtant une partie de son enfance dans la banlieue chic de São Paulo. C’est dans le club de la ville qu’il débutera en junior puis jouera en professionnel à 18 ans. Milan AC fera des mains et des pieds pour le recruter en 2003, par l’intermédiaire de Leonardo, alors installé au poste de recruteur des Milanais. En Italie, le Brésilien rayonnera avec même un Ballon d’Or à la clé (2007) puis échouera au Real avant de revenir à Milan pour une courte période. A l’été 2014, il annonce sa décision de rejoindre la Major League Soccer à Orlando City, qui intégrera le championnat américain en mars prochain (avec un salaire record de 5,7 millions d’euros). En attendant ses débuts aux Etats-Unis, Kaka s’épanouit de nouveau à São Paulo, puisqu’il rejoue là-bas depuis juin dernier. Même si avec un total de 3 buts, ce n’est plus le joueur d’avant (qui a disparu depuis 2008).

Bilan : Mitigé

Steed Malbranque de retour à Lyon en 2012 :

Malbranque était un des visages phares de l’Olympique Lyonnais lors de la fin des années 90, début des années 2000. Après huit années au sein des équipes de jeunes et de professionnels, le Français décide de saisir l’opportunité de traverser la Manche pour rejoindre Fulham et le championnat anglais. S’en suit 10 années en Angleterre avec des passages à Tottenham et Sunderland. Il revient ensuite en France, mais .. à Saint-Etienne où il ne fera qu’une apparition. S’estimant incapable de prendre du plaisir, l’international français rompt son contrat avec les Verts quelques semaines après son arrivée. Après 1 an à s’être entretenu à Caen puis Lyon, il choisit d’intégrer l’effectif lyonnais en août 2012, onze années après avoir quitté les Gones. Il en devient rapidement une des pièces maîtresses et voit même son bail prolonger l’été dernier à la demande d’Hubert Fournier, le nouvel entraîneur de Lyon. Même s’il joue moins, le pari Malbranque reste une vraie réussite. Une des seules en terme de retour dans des clubs formateurs.

Bilan : Réussite

Bonne chance donc à Fernando Torres qui pourrait faire démentir nos propos !