Ces athlètes noirs pionniers des ligues sportives américaines

La NBA a perdu une figure légendaire ce jeudi avec la mort à 86 ans de Earl Lloyd, vainqueur du titre en 1955 avec les Syracuse Nationals, mais personnage surtout emblématique car il fut le premier noir à disputer officiellement un match du championnat de basket américain, bien avant que Chuck Cooper ne devienne le premier drafté et Nathaniel Clifton le premier professionnel.

Earl Lloyd était donc un pionnier comme l’ont été également, Kenny Washington, Jackie Robinson et Willie O’Ree, premiers hommes de couleurs des championnats de NFL, MLB et NHL. Tous ont débuté à des époques où la ségrégation raciale existait encore aux Etat-Unis. La vie de Jackie Robinson a même inspiré le réalisateur Brian Helgeland dans le film 42, sorti en 2012. L’on y découvre comment un jeune homme bourré de talent et d’énergie parvient non sans mal à se faire sa place dans une équipe de baseball professionnelle alors que depuis 60 ans une règle interdit aux franchises de recruter un joueur noir.

Le combat qu'a mené Jackie Robinson pour se faire accepter dans un sport réservé aux blancs, a même inspiré Hollywood.

Le combat qu’a mené Jackie Robinson pour se faire accepter dans un sport jusqu’alors réservé aux blancs, a même inspiré Hollywood.

L’histoire de Kenny Washington est, elle aussi singulière. Elle est d’ailleurs à lier à celle de Jackie Robinson puisque les deux hommes se sont côtoyés aux UCLA Bruins en universitaires. A ceci près que dans un monde du football américain a l’époque plus ouvert, Kenny Washington a éprouvé moins de difficultés d’intégration pendant ses deux ans de professionnalisme aux Rams de Los Angeles. Il a même su conjuguer sa vie d’athlète à celle d’acteur, participant à plusieurs films dans les années 40.

Kenny Washington,  joueur de football américain et acteur à ses heures perdues.

Kenny Washington, joueur de football américain et acteur à ses heures perdues.

De ces icônes du sport et de la lutte contre les discriminations, il ne reste que le seul Willie O’Ree de vivant. A 79 ans aujourd’hui, celui que les médias appelaient le “Jackie Robinson du hockey sur glace” vit sa retraite dans son Canada natal. “Sans lui, je n’aurais possiblement jamais joué dans la NHL” disait tout récemment en son hommage au Journal de Montréal, l’actuel défenseur de l’équipe de Toronto, Pernell Karl Subban.

Willie O'Ree raconte que ce n'est qu'au lendemain de son premier match qu'il a su qu'il était devenu le premier noir à disputer un match de hockey professionnel.

Willie O’Ree raconte que ce n’est qu’au lendemain de son premier match qu’il a su qu’il était devenu le premier noir à disputer un match de hockey professionnel.

Des hommages, posthumes ceux-là, d’anonymes, de joueurs ou d’officiels, il en en passe de nombreux en réaction à la disparition, d’Earl Lloyd. Pour la plupart il est un symbole mais les spécialistes de basket retiennent surtout qu’il était un joueur dur au mal, intraitable en défense, d’où son surnom de “Big Cat”, le Gros Chat.