Alexander Zverev, Thanasi Kokkinakis : La nouvelle génération du tennis prête à prendre le pouvoir !

Alexander Zverev, Thanasi Kokkinakis : ses noms ne vous évoquent pas grand chose à l’heure actuelle. Pourtant, ces joueurs devraient être les stars du circuit ATP de demain. Ceux qui seront amenés à remplacer les Federer, Nadal et Djokovic. Score n’co s’est penché sur le cas de 5 d’entre eux, qui bénéficient de toutes les raquettes en main pour tutoyer les premières places mondiales dans les années à venir. A cette liste s’est rajoutée le nom d’un Français extrêmement prometteur.

Alexander Zverev (Allemand, 18 ans, 119e à l’ATP)

Alexander Zverev, c’est l’archétype du joueur de tennis du futur. Grand serveur, grand par la taille (1,98 m), l’Allemand se montre redoutable de puissance. La famille Zverev a un lien particulier avec le monde de la petite balle jaune. Fils d’Alexander Zverev sénior, ex-membre de l’équipe d’URSS, Alexander a un frère aîné Misha (26 ans), 45e mondial en 2009, qui a su faire une carrière honnête. Son cadet a lui déjà inscrit son nom dans la légende de ce sport. A 17 ans, il est parvenu en juillet 2014 à atteindre la demi-finale du tournoi d’Hambourg (stoppé par David Ferrer) devenant le plus jeune joueur à réussir cette performance.

Dominic Thiem ou l'art de vouloir rapidement se confronter aux tous meilleurs mondiaux - @Iconsport

Dominic Thiem ou l’art de vouloir rapidement se confronter aux tous meilleurs mondiaux – @Iconsport

Dominic Thiem (Autrichien, 21 ans, 44e à l’ATP)

Lui c’est un tout bon. Son jeu à l’instar d’un Zverev, se base beaucoup sur son jeu de service. Mais l’Autrichien possède également dans sa palette de coups, d’un revers à une main à faire pâlir Richard Gasquet. Son entraîneur Gunter Bresnik, dit de lui qu’il atteindra le Top 10 très rapidement. S’il n’a pas encore gagné de titres au haut niveau, Thiem s’est déjà offert le scalp de quelques grands noms du tennis mondial comme Stanislas Wawrinka au tournoi de Madrid en mai 2014. Surnommé “Dominator”, le jeune joueur de 21 ans n’a pas froid aux yeux, prêt à prendre la relève de Jürgen Melzer (ex 8e mondial), autre grand nom du tennis autrichien.

[youtube id=”eKbZCH9Lh2I”]

Thanasi Kokkinakis (Australien, 19 ans, 103e à l’ATP)

Nous avons fait le choix de vous présenter dans cette liste Thanasi Kokkinakis et non pas Nick Kyrgios (quart de finaliste du dernier Wimbledon et à l’Open d’Australie), pour l’unique raison que ce fils d’immigré grec a le potentiel pour devenir encore plus fort que son compatriote. Kokkinakis, c’est un nom plaisant à prononcer mais surtout un coup droit dévastateur. Tombeur de Gulbis au premier tour du dernier Open d’Australie, il devra éviter de suivre la trajectoire de Bernard Tomic, le grand espoir de l’Australie qui stagne autour de la 100e place mondiale.

Le sud-coréen Hyeon Chung lors du Masters 1000 de Miami - @Iconsport

Le sud-coréen Hyeon Chung lors du Masters 1000 de Miami – @Iconsport

Hyeon Chung (Sud-Coréen, 18 ans, 88e à l’ATP)

C’est le nouveau visage du Top 100 ATP publié cette semaine, le troisième âgé de moins de 20 ans dans les cent meilleurs mondiaux. Avec sa tête de premier de la classe, le Sud-coréen Hyeon Chung n’a pourtant pas le profil correspondant à un tennisman de grande envergure à première vue. Détrompez vous, sur le continent asiatique, beaucoup voient en l’adolescent de Suwon (Corée du Sud) le futur numéro 1 mondial. Peu habitué à briller dans le tennis, la Corée du Sud trouve en Chung un brillant représentant, vainqueur de deux tournois Challenger (Burnie et Savannah) en 2015.

Lucas Pouille (Français, 21 ans, 95e à l’ATP)

Certes, en proposant Lucas Pouille dans ce Top 5, nous délivrons notre esprit fortement chauvin. Mais comment éclipser le talent du gamin de Grande-Synthe (Nord). Joueur professionnel depuis 2013, le Français franchit les étapes progressivement sans faire grand bruit. L’an dernier lors du BNP Paribas Masters, le Nordiste avait notamment battu Jarko Nieminen, Ivo Karlovic et Fabio Fognini , s’inclinant face à son modèle Roger Federer en deux sets (6/4 6/4). De quoi forcer le respect du public parisien. Devenu mi-avril le premier tricolore à rentrer dans un Top 100, Lucas Pouille s’est même attiré les compliments du maître de la terre battue, Rafael Nadal, lors du tournoi de Monte-Carlo : “Lucas, il a tout pour devenir un bon joueur. Un bon service, de très bons coups du fond, il sait comment construire les points. Je suis sûr qu’il aura une bonne chance d’atteindre une position élevée au classement”. Si Rafa le dit, c’est qu’il doit bien y avoir une raison.