Quincy Symonds : la surfeuse australienne âgée de 6 ans déjà reine des vagues !

On peut n’avoir que 6 ans et se révéler être un phénomène dans son sport. C’est ce qui arrive à Quincy Symonds. Cette jeune australienne est déjà une spécialiste de surf, la meilleure de sa génération. Surnommée « The Flying Squirrel » (l’écureuil volant) par ses fans, Symonds dompte les vagues à la manière d’une grande et laisse paraître une graine de future championne. Sa dextérité précoce en impressionne plus d’un.

Cette passion pour la planche est venue dès l’âge de 4 ans. Voyant son père partir tous les matins du nid familial pour aller s’adonner à sa passion sur la Gold Coast australienne, elle décide un jour de le suivre pour voir à quoi ressemble ce sport. En quelques sessions, la petite Quincy épate Jake Symonds par son agilité sur la planche.

« Je n’arrive même pas à concevoir comment elle est capable de faire ce qu’elle fait. Je suis impressionné, je suis vraiment fier, mais pour être honnête, je n’arrive pas à comprendre comment elle y parvient », avoue-t-il dans le reportage réalisée par la chaîne ABC Open sur sa fille.

[youtube id= »3dM_4b47HAs »]

Comme les plus grands champions, Quincy bénéficie d’un coach personnel, Anthony Pope, connu pour être l’entraîneur des meilleurs surfeurs de la côte australienne. Une éclosion précoce qui annonce un avenir radieux. Et son parcours est accompagné d’une once d’émotion, qui rajoute de l’intérêt à la trajectoire de l’enfant surfeuse.

Quincy Symonds est en effet atteinte depuis la naissance d’une hyperplasie congénitale des surrénales, une maladie génétique rare caractérisée par une insuffisance de production du cortisol. Un problème qui l’oblige à recevoir des injections quotidiennes de stéroïdes, qui pourraient être la cause d’une taille relativement petite à l’âge adulte.

Malgré cette maladie, Quincy Symonds s’épate dans l’Océan Pacifique ou Indien et vit à fond ses rêves de petite fille. Son avenir, elle a déjà en tête. Si l’Australienne ne perce pas dans le surf, elle voudrait se reconvertir dans le monde du skate, un autre de ses hobbies. Nul doute qu’on risque d’entendre parler encore de Quincy dans les années à venir.