Drame du Heysel : Ce 29 mai 1985, le jour où la tragédie l’a emporté sur le sport

Ce vendredi 29 mai 2015 marque les 30 ans de la tragédie du stade du Heysel à Bruxelles. La finale de la Coupe d’Europe des Clubs Champions (ancienne Ligue des Champions) entre le Liverpool de Kenny Dalglish et la Juventus de Michel Platini aurait dû être une véritable fête du football. Hélas, cette affiche tournera au drame une heure avant le coup d’envoi de la rencontre.

La faute à l’hooliganisme (supporters qui usent de la violence) d’une partie des supporters anglais qui envahiront le parcage italien pour en découdre avec leurs rivaux. Le mouvement de foule qui s’en suivra provoquera l’effondrement d’un muret de la tribune “Z” très vétuste. Acculés au fond de la tribune, les grilles d’évacuation fermées, les Italiens sont alors pris au piège.

Les services d’ordre de la police belge sont totalement dépassés, incapables de stopper ce déferlement de violences qui s’abat au sein de l’enceinte bruxelloise. Ils repoussent même les personnes qui tentent de s’échapper par la pelouse !

Bilan : 39 personnes (34 Italiens, 2 Belges, 2 Français, 1 Irlandais) vont mourir, étouffées ou piétinées, sous l’effet des mouvements de foule provoqués par l’hystérie des supporteurs anglais. Près de six cents personnes ont elles été blessées.

[youtube id=”9ssZEG3sXKc”]

Le match se jouera tout de même suite à l’intervention des organisateurs de la rencontre qui obligeront l’arbitre suisse de la finale, André Daina, à faire débuter le match. “C’est une décision très difficile à prendre. J’aurais pu dire : ‘Moi écoutez, ma morale m’interdit de jouer étant donné les circonstances’, mais non, il faut aller au bout, il faut arbitrer ce match” s’expliquait-t-il en 2005.

La victoire de la Juventus 1 à 0 sur un but de Michel Platini restera du domaine de l’anecdotique même si elle rajoutera un trophée à la collection de la Vieille Dame. Les Italiens ne fêteront même pas le titre, en mémoire aux victimes.

Des hommages un peu partout dans le monde seront rendus aujourd’hui. Une gerbe de fleurs supplémentaire sera apposée devant la plaque commémorative installée au pied de l‘ancien bloc «Z» du stade rebaptisé en 1993 «Roi Baudoin». Pour ne jamais oublier. Même Sepp Blatter, le président de la FIFA au coeur de la tourmente, a témoigné sa pensée en cette date noire dans l’histoire du football européen.