Roland-Garros : Kei Nishikori, le samouraï du circuit ATP

Dernier français en lice à Roland-Garros, Jo-Wilfried Tsonga aura un adversaire redoutable en quarts de finale ce mardi en la personne de Kei Nishikori. Vainqueur de 4 des 5 duels avec le Manceau, le Japonais est un joueur très fort dont il faudra extrêmement se méfier. Car si au milieu des Djokovic, Nadal, Federer et Murray, son nom n’est pas très imposant, Nishikori est l’un des meilleurs joueurs du circuit actuel et une icône dans son pays d’origine.

Depuis 7 ans, ce tennisman entraîné par un ancien vainqueur à Porte d’Auteuil (Michael Chang), a connu une ascension fulgurante. Il est passé du 200e rang mondial (à 17 ans) à la 4e place en mars dernier. Désormais 5e à l’ATP, le natif de Matsue (préfecture de Shimane) détient toutes les armes en sa possession pour remporter un titre de Grand Chelem. Sur la terre battue parisienne, il n’a jamais encore dépassé le stade des 1/4 de finale mais avait atteint la finale de l’US Open en 2014, sèchement battu par le Croate Marin Cilic (3/6 3/6 3/6).

L’Asiatique n’a pourtant rien d’un monstre physique. Assez fin et petit (1, 77 m, 68 kg), Nishikori est un droitier classique au revers à deux mains (très puissant) et son service est correct. Mais le Japonais se démarque de ses adversaires par son sens du placement et son agressivité du fond de court qui constituent sa puissance. A force de travail, il a acquis un mental à toute épreuve, forgé par son entraînement intensif dès l’âge de 13 ans sous l’égide de l’Américain Nick Bollettieri. Ce dernier l’intègre à son académie (qui a formé Agassi, Courier, Seles) suite au financement de la filiale Sony qui paie les cours du sportif nippon.

Plus jeune joueur de l’ère Open depuis Lleyton Hewitt en 1998 à avoir remporté un tournoi (à 18 ans en 2008 à Delray Beach), Kei Nishikori n’a pas fini de surprendre ses pairs. Devenu l’un des joueurs les plus attractifs du circuit, l’idole du pays du Soleil Levant est en train de marquer l’histoire du tennis asiatique. Depuis le début de la quinzaine, sans faire de bruit comme d’habitude, il avance pion par pion (sans perdre encore un set) et aura un court central entièrement acquis à la cause de Tsonga face à lui.

Qu’importe, Nishikori est le favori légitime de cette rencontre et voudra prouver que miser sur lui avant le tournoi pour soulever la Coupe des Mousquetaires à l’arrivée, n’était peut-être une si mauvaise idée que cela.

Bonus : Son premier titre ATP (vs James Blake à Delray Beach en 2008)

[youtube id=”GiOX66VNwDg”]