Pourquoi Oscar Pistorius est loin d’être sorti d’affaire ?

Il était une icône du monde de l’athlétisme. Premier athlète paralympique à être intégré dans les rangs des valides lors des Jeux Olympiques de Londres 2012 (400 m), Oscar Pistorius a vu sa vie basculer le 14 février 2013. Accusé d’avoir tué sa petite amie (le mannequin sud-africain Reeva Steenkamp), en tirant cinq coups de feu sur la porte de la salle de bain dans laquelle elle se trouvait, il sera condamné à 5 ans de prison ferme en octobre dernier. Une condamnation trop souple pour la famille de la victime. Le procureur ayant requis une peine de 10 ans minimum au dernier jour des plaidoiries du procès.

Mais retournement de situation dans ce dossier complexe, la CSPB (“Commission des libertés anticipées sous contrôle judiciaire”) a planché sur le cas Pistorius au début du mois de juin. Elle a approuvé le placement en liberté surveillée de “Blade Runner” à partir du 21 août prochain. Une décision qui a fait polémique, mais ne s’oppose pas à la loi sud-africaine suivante : “Les textes qui encadrent sa condamnation prévoient qu’il doit purger au moins obligatoirement un sixième de sa peine derrière les barreaux”. Oscar Pistorius pourra ainsi bénéficier pour débuter, d’une heure de liberté chaque jour qu’il devra passer à son domicile.

L’annonce de cette libération sous condition, a provoqué l’indignation de la famille de Reeva. “Une détention de 10 mois pour avoir pris la vie de quelqu’un n’est pas assez”, ont déclaré ses parents June et Barry dans un communiqué. “Nous avons peur que cela n’envoie pas un très bon message et ne serve pas d’avertissement” a ajouté June Sttenkamp, tout en répétant qu’elle avait pardonné au meurtrier de sa fille”.

[youtube id=”I8gkf2RaDTo”]

Qu’elle se rassure, l’ancien athlète aux jambes de carbone, est loin d’être sorti d’affaire. A la demande du parquet sud-africain qui milite pour un verdict plus lourd, son cas devrait être réexaminé en appel en novembre. Ce qui pourrait avoir pour conséquence d’aggraver la peine initiale (5 ans) et prolonger le séjour derrière les barreaux de Pistorius. La question sera de savoir, si comme se défend le sportif, il a fait preuve de “négligence”, ou au contraire que cet homicide était volontaire ou prémédité.