Le rugby à 7 : le jeu ovale de demain !

Généralement peu mis en valeur contrairement à son homologue du rugby à XV, le rugby à 7 est pourtant en pleine émergence. Inscrite au programme des Jeux Olympiques de Rio 2016, cette discipline commence à passionner de plus en plus au sein des mentalités européennes.

Né de la volonté de deux bouchers écossais en 1883, le rugby à 7 ne se différencie pas vraiment des règles du rugby à XV. Cette variante très anglo-saxonne, conserve les mêmes règles qu’à 15 joueurs, avec des aspects du jeu qui se négocient autrement par contre.

Pour exemple, en raison des espaces très larges sur le terrain avec moins de rugbymen sur le champ, l’évitement est le plus souvent recherché au détriment de l’affrontement. Cependant, au plus haut niveau masculin, on assiste aujourd’hui à une agression des défenses du même type que des comportements de rugby à XV, à savoir la multiplication des rucks lors d’une rencontre.

Les équipes de France féminines et masculines sont d’ailleurs actuellement en pleine course pour assouvir leurs désirs de participer aux prochains J.O.

Commençons par les dames, en bon esprit galant, celles-ci vont jouer le tournoi le plus important de leur carrière ce week-end à Malemort (Corrèze). Les Bleues, finalistes du tournoi de Kazan (Russie) dimanche dernier (défaite face aux Russes 19-14 en finale), ont la possibilité de se rattraper sur les terres françaises. En décrochant le titre continental, elles parviendront à obtenir leur ticket qualificatif direction le Brésil !

 

L'équipe de France masculine de rugby à 7 s'est imposé lors de l'étape européenne à Lyon le week-end dernier - @Iconsport

L’équipe de France masculine de rugby à 7 s’est imposé lors de l’étape européenne à Lyon le week-end dernier – @Iconsport

Chez les hommes, c’est le même défi qui les attend avec une marge d’avance sur les féminines. Les Bleus se sont en effet imposés face à l’Espagne en finale (20-7) à Lyon lors de la dernière étape européenne. Ils avaient déjà gagné le tournoi de Moscou il y a deux semaines, renforçant ainsi leur position en tête du classement général européen, dont seul le premier sera qualifié pour les JO.

La dernière étape se disputera les 11 et 12 juillet à Exeter (Angleterre), et une simple place de demi-finaliste lui suffira pour valider son billet pour le Brésil. Ce qui est encore plus fort, c’est que l’équipe de France masculine de rugby à 7 a bénéficié de l’apport de 4 joueurs issus du Top 14 pour les aider.

C’est le cas de Fulgence Ouedraogo, international à XV, qui n’a pas hésité à goûter à cette nouvelle pratique. L’avenir du rugby à 7 tricolore s’annonce donc radieux, en attendant une médaille olympique qui viendrait couronner ce succès.