US Open : Pourquoi le tournoi du Grand Chelem américain est-il le plus assourdissant au monde ?

L’US Open, dernière levée de Grand Chelem de l’année 2015, a débuté ce lundi à New-York dans le quartier de Flushing Meadows. Contrairement à Wimbledon qui donne une image disciplinée et sage s’inscrivant dans les moeurs britanniques, la quinzaine new-yorkaise s’avère elle folklorique, c’est le mot.

En cause principale, la proximité des courts du tournoi américain avec l’aéroport de la Guardia, dont les multiples passages d’avions perturbent l’environnement de l’US Open. Même si les organisateurs de l’US Open ont trouvé un accord avec les compagnies aériennes depuis 1993 pour éviter que les appareils ne volent au dessus des courts, le bruit des moteurs se fait toujours entendre en toile de fond, ce qui peut faire défaut à la concentration des joueurs et joueuses de tennis. Imaginez donc, entendre le bruit d’un moteur surpuissant au moment d’une balle de match n’est pas l’idéal.

Ce qui a également pour conséquence d’augmenter le volume sonore des spectateurs. Ne vous étonnez pas donc, si au moment de regarder une rencontre de l’US Open, de discerner le son du public assez fort, et-ce même pendant les échanges !

Il faut dire qu’avec près de 23 000 places pour le court central Arthur-Ashe (soit 9 000 places de plus que le court Philippe-Chatrier à Roland-Garros), la foule est considérablement plus nombreuse que sur les autres tournois majeurs.

Les allers et retours incessants des spectateurs américains, toujours désireux de faire un saut aux snacks et boutiques du coin, peuvent aussi déstabiliser les acteurs de la petite balle jaune.

Malgré ces désagréments, l’US Open reste un Grand Chelem adoré par le circuit, pour cette ambiance électrique et son côté “show” américain qui font toujours leur plus bel effet !

Et jouer sur les courts de Big Apple en plein coucher de soleil, est un des plus beaux spectacles de tennis qu’il est donné d’assister chaque année.

Illustration Court Arthur Ashe